Logo


                           En  Crète  de  l'ouest 

  La vieille ville de Chania

Il subsiste à Chania çà et là quelques sites minoens de l'antique Kydonia qui ont été épargnés par le développement de la ville au cours des siècles. L'atmosphère de la vieille ville a des saveurs orientales avec ses petites rues où continuent de s'exercer d'anciens métiers et où de temps à autre l'on croise encore un vieux Crétois en costume traditionnel roulant son komboloyi entre les doigts. Il faut prendre le temps de flâner sur les quais du port vénitien et de l'arsenal et au pied des parties de muraille de la forteresse que l'urbanisation du  20ème siècle a bien voulu conserver.
Le musée archéologique installé dans l'ancien couvent des Franciscains situé sur la rue Chalidon qui descend vers le grand bassin du vieux port, rassemble des pièces de toutes les époques, du néolithique à la période romaine en passant par le minoen. La statue dite du "philosophe" qui domine la grande nef du musée, a été trouvée sur le site d'Elyros tout proche d'Epanochori.

Le vieux port vénitien à Chania

Le ravin du monastère Katholiko
  L' Akrotiri de Chania

Ainsi appelle-t-on la presqu'île au nord-est de Chania sur laquelle a été construit l'aéroport international Daskalogiannis de la ville. On peut y visiter trois monastères : le monastère Agia Triada (ou Tzangarolou), le monastère fortifié du Gouverneto, le monastère du Katholiko accroché dans un profond ravin avec son église rupestre creusée dans la falaise et qui fut abandonné en raison de trop fréquentes incursions de pirates venant par la mer toute proche. Les deux premiers sont accessibles par une route carrossable, le troisième à 30 minutes de marche par un sentier partant du Gouverneto, passant par la grotte de St Jean l'Ermite et se terminant par un escalier contre la falaise.
Le monastère du Gouverneto construit au 16ème servit de refuge aux ermites retirés  dans les nombreuses grottes des falaises de l'Akrotiri. Le Katholiko construit au 12ème siècle et abandonné au 17ème est le plus ancien de Crète. Agia Triada a été construit au 17ème siècle par deux moines vénitiens issus de la famille Tzangarolo et convertis à l'orthodoxie..

   Thériso: la gorge et le village

A 16 kilomètres de Chania, le village de Thériso est situé sur les premiers contreforts des Lefka Ori. On y accède par une route longeant un torrent qui parcourt le fond d'une gorge verdoyante longue de 6 kilomètres.
Thériso a joué un rôle important dans l'histoire de la Crète. En 1866, Eleftherios Venizelos alors âgé de deux ans, devait dans les bras de sa mère quitter le village rasé par le pacha Mustafa au cours d'une opération répressive. En 1905, le même Venizelos revenu à Thériso y constituait un gouvernement provisoire qui réclama l'union à la Grèce et força à la démission en 1906 le prince Georges qui exerçait les fonctions de Haut Commissaire en Crète. L'union à la Grèce fut proclamée en 1909 et, l'année suivante, Venizelos était élu premier ministre de Grèce.
La groge de Thériso

Lac Agias Le lac Agias

A quelques kilomètres de Chania à courte distance de la route vers Sougia, le lac Agias a naguère été créé par l'homme comme réserve d'eau douce à des fins d'irrigation. Aujourd'hui les roselières et les arbres qui l'entourent en ont fait un sanctuaire de nature sauvage et tranquille où quelque 200 espèces d'oiseaux peuvent être observées surtout aux périodes de migration. Les eaux du lac ont été colonisées par la tortue d'eau. Des sentiers de promenade ont été aménagés sur une partie du périmètre.

  Le site gréco-romain d'Aptera

A une quinzaine de kilomètres à l'est de Chania, le site gréco-romain d'Aptera montre les ruines d'une cité qui fut fondée au 7ème siècle av. J.C. et qui fut une des plus puissantes cités-états de Crète. On y trouve d'énormes citernes voûtées, des thermes, un gymnase, un heroon etc. Du sommet de la colline sur laquelle était bâtie la cité, on a une vue superbe sur la baie de Souda d'une part et d'autre part sur le massif des Montagnes Blanches. Aptera fut détruite par un violent séisme en 364 de notre ère et abandonnée au 7ème siècle après un nouveau tremblement de terre.
Une villa gréco-romaine face aux Lefka Ori

L'église du St Sauveur à Téménia
  D'Epanochori à Paléochora via Téménia et Prodromi

Sur la route d'Epanochori à Paléochora, on ne manquera pas de visiter un peu à l'écart de la route l'église du St Sauveur de Téménia, isolée en pleine campagne dans son enclos entouré de grands arbres. Des fresques anciennes y sont à voir. Quelques kilomètres plus loin, avant Prodromi et elle aussi isolée sur le flanc d'une colline, la chapelle blanche de la Panagia où sont également à voir d'anciennes fresques. Après Prodromi, la route traverse un paysage sauvage et accidenté et, aux approches de Paléochora, s'engage dans une petite gorge étroite.
A Paléochora, une visite du site de la forteresse vénitienne de Sélino
s'impose. Construite en 1279 sur un promontoire qui s'avance dans la mer, elle sépare d'un côté la plage en galets et de l'autre la plage en sable blanc. Du plateau de l'ancien castel, on domine les toits de la ville et on a vue sur toute la côte vers Sougia à l'est et vers le cap Krios à l'ouest.
Depuis Paléochora diverses excursions en bateau sont organisées : une journée à la plage d'Elafonissi où l'on est déposé en fin de matinée et réembarqué à 16h00, ou une promenade en mer en vue d'observer des dauphins. Il est également possible de se faire initier à la plongée.

Le retour vers Epanochori peut s'effectuer par une autre route qui rejoint à Téménia
celle que l'on a prise à l'aller.

  La côte ouest d'Elafonissi au lagon de Balos beach

De Paléochora on peut se rendre aussi par la route à la plage d'Elafonisi (l'île aux cerfs) et au monastère de Chrysoskalitissa coiffant le sommet d'un îlot rocheux. On peut continuer le long de la côte ouest vers Falaserna un ancien port de pirates détruit par les Romains et dont on retrouve aujourd'hui les bassins et les tours d'entrée à plusieurs centaines de mètres à l'intérieur des terres suite aux bouleversements sismiques qui ont fait émerger la partie occidentale de l'île à près de huit mètres au-dessus du niveau antérieur. Ci-contre, la longue plage de Falaserna.
 
Sur la façade ouest de la presqu'île de Gramvousa, le lagon de Balos beach peut être atteint, en véhicule 4x4 de préférence, par une route de terre de 8 kilomètres à partir du village de Kalyviani. Depuis l'aire de parking où on laisse son véhicule, il faut encore une quart d'heure de marche pour découvrir le site qui est d'une beauté extraordinaire. Pour en jouir pleinement, il vaut mieux y arriver le matin avant que les cargaisons de touristes débarquent massivement des bateaux venant de Kissamos.
Plage près de Falaserna

  Réthymnon et les monastères

A Réthymnon, la visite de l'ancien port vénitien et de la grande forteresse s'impose. Sur le plateau de la citadelle, subsistent des constructions militaires et une ancienne église chrétienne surmontée d'une belle coupole. Durant l'occupation turque elle fut transformée en mosquée et flanquée d'un minaret dont la base est encore visible. En face de l'entrée de la citadelle se trouve le musée archéologique qui expose quelques pièces intéressantes du minoen à l'époque romaine.
Dans les rues étroites de la vieille ville, on admirera quelques beaux portails vénitiens ouvrant sur des patios ombreux décorés de vasques abondamment fleuries.
La citadelle de Rethymnon
Façade de l'église de Moni Arkadi A 24 kilomètres de Réthymnon, Moni Arkadi construit en 1538, est un haut lieu de la mémoire crétoise : en 1866, lors de la révolte contre les Turcs, les paysans de la région s'y étaient retranchés avec leur famille. Lorsqu'il n'y eut plus de doute sur l'issue du combat vu l'importance des troupes turques qui montaient à l'assaut, l'higoumène du monastère fit sauter la poudrière : assaillants et défenseurs furent nombreux à périr dans l'explosion.
Sur la côte sud de l'île à 37 kilomètres de Réthymnon, Moni Prévéli se situe  au débouché des gorges du Mégapotamos
sur un éperon rocheux d'où la vue sur la mer est superbe. Il propose un musée exposant quelques belles icônes anciennes.





Monastère de Prévéli



| Accueil | Maison | Montagne | Mer  | Calendrier | Tarifs | Réserver | Contact | Histoire | Galerie |